Au pays d'HERODOTE

19 novembre 2012

Ephèse, un haut lieu de la Culture - 1ère partie

Num_riser0004Ce matin là, Eren notre guide était passé nous prendre de très bonne heure à notre hôtel à Gümbet. Ephèse faisait parti de ces destinations que j'avais rêvé depuis mes jeunes années. Aussi j'étais très ému d'être enfin si près de pénétrer dans ce haut lieu de la culture gréco-romaine d'Asie Mineure. Nous avions pris la route du nord qui longe un moment la côte de la mer Égée pour s'enfoncer après à l'intérieur des terres. Dans l'antiquité, Ephèse se trouvait au bord de la mer, aujourd'hui elle se trouve à 7 km, au cœur de la province de Ionie, à l'embouchure de la rivière Caystre. Nous étions frappé de voir la ressemblance du paysage avec celui que nous avions connu l'an passée en Grèce. 2h15 plus tard notre chauffeur nous déposait à l'entré du site.

Histoire de la ville

La cité aurait été fondée par les amazones. Smyrna, l'une d'entre elles, aurait donné son nom à un quartier d'Ephèse. (Strabon XIV, 1,4).

  • Ve au IIe millénaire av.J-C - Les historiens affirment que l'ancienne Ephèse, construite sur la colline d'Ayasuluk, se nommait Apasa, capitale du royaume d'Arzawa. Lors des fouilles de 1992, découverte d'un tumulus situé à proximité de la porte de Magnésie, et d'armes diverses, lames et pointes de flèche entre autres.
  • XIVe siècle av.J-C  - Découverte d'une tombe mycénienne. Défaite des Hittites en 1320.
  • XIIIe siècle av.J-C - En 1200, défaite des Mycéniens. A cette époque, le pays est envahi par les Ioniens et Éoliens. Ils établissent des colonies jusqu'en 1 050.
  • Xe siècle av.J-C - Colonisation d'Ephèse. Le site est alors occupé par les Lélèges et les Cariens.
  • VIIe siècle av.J-C - En 675, la ville est mise à sac par les Cimmériens, peuples venus des rives de la mer Noire sous la conduite du roi Lygdamis.
  • VIe siècle av.J-C - En 560 Crésus, roi de Lydie, s'empare de la ville et l'occupe. Il ne la rase pas mais au contraire y opère des aménagements et l'embellit. En 547, la cité passe sous le contrôle des Perses.
  • Ve siècle av.J-C - Ephèse s'affranchit de la tutelle des Perses en 449, pour y revenir en 404.
  • IVe siècle av.J-C - Fin de la domination Perse. Alexandre le Grand entre dans Ephèse en 334. A sa mort à Babylone en 323, ses généraux se partagent son empire. C'est Lysimaque, roi de Thrace, qui prend possession des cités d'Ionie, de Lydie, de Carie et de Lycie. La ville nouvelle est reconstruite un peu plus loin sur les pente du mont Pion.
  • IIIe siècle av.J-C - En 281, la ville passe sous le contrôle de Séleucos, fils d'Anthiochos, puis aux mains des Ptolémées d'Égypte, et revient dans celles des Séleucides.   
  • IIe siècle après.J-C - En 188, elle est intégré au royaume de Pergame. Enfin la ville devient la capitale romaine de la province d'Asie Mineure en 129..Elle compte jusqu'à 200 000 habitants. 
  • IIIe siècle  - Vers le milieu de ce siècle, plusieurs évènements viennent frapper Ephèse, comme une grande partie du pays. Un séisme met à mal la ville toute entière. En 262, elle est victime d'une attaque des Ostrogoths et de pirates hérules, hordes de barbares d'origine germanique. Il faut attendre 284 pour que la ville commence a se redresser. Cette date correspond à l'avènement de l'empereur Doclétien et plusieurs siècles de prospérité retrouvé.
  • IVe siècle - L'église chrétienne prend son essor avec la conversion de l'empereur romain Constantin 1er (272-306-337). Il est considéré comme saint par l'église orthodoxe. 

Durant ses grandes heures de prospérité, Ephèse a toujours été réputée pour sa richesse. Des établissements bancaires voient le jour, et certains vont jusqu'à prêter aux états voisins de la confédération.  

Visite de la ville

L'Agora administrative au nord du site était le centre politique et administratif de la ville d'Ephèse. Il se composait de la Basilique, de l'Odéon, et du Prytanée.

La Basilique - Contrairement aux basiliques religieuses, les basiliques romaines sont des édifices civils. Leurs créations datent du IIIe siècle av.J-C environ. Elles servaient en général de Palais de justice. Sur la photo ci-dessous, les colonnes au premier plan marquent son emplacement. La construction longue de 160 mètres commençait devant les bains de Varius pour se terminer après l'Odéon.

DSC01060

Les chapiteaux de la basilique sont de type ioniques. Certains d'entre eux sont décorés d'une tête de taureau. La datation exacte n'est pas connue, mais je suppose qu'elle doit se situer aux environs du Ier siècle avant J-C, probablement date de la construction de la basilique.

DSC01061

L'Odéon (Bouleuterion) avec au premier plan les restes des colonnes de la basilique. En forme de théâtre grec, car adossé à la colline, les gradins peuvent contenir jusqu'à 1400 places. le bâtiment est utilisé comme Odéon pour les concerts, et comme Bouleuterion pour les réunions de la boulé (sénat).

DSC01056

Le prytanée - Sorte d'hôtel de ville, il fait face au Bouleuterion. C'est le siège du conseil des prytanes. Ce sont d'habiles politiciens et gestionnaires élus par le sénat (boulé). Suite à sa destruction en 400 de notre ère, des matériaux sont récupérés pour la construction des thermes de Scholastikia de la rue des Courètes. Retrouvés lors de fouilles, ils sont ramenés au prytanée et remontés.

DSC01071

Le péristyle - Selon la pancarte, il a été construit avec des blocs venant de la basilique (VI-VIIe siècle après J-C).

DSC01058

Ephèse, ville d'eau - Bains, thermes et fontaines occupent une grande place dans la vie de la cité. A son apogée, on en comptait une douzaine. Il est fort probable que la ville ait été construite sur ou à proximité de sources d'eau douce.

Les bains de Varius - Les documents consultés ne donnent que peu de réponses.

DSC01052

Canalisations du Palais d'Eau - Les fouilles ont permis de mettre à jour un réseau de canalisations en terre cuite.

DSC01055

La fontaine de Trajan construite entre 102 et 114 en l'honneur de l'empereur Trajan (98-117)

DSC01085

Les thermes de Scholastikia - Détail de la colonnade d'entrée aux chapiteaux de type corinthiens.  

DSC01089

La salle chaude ou caldarium - A côté de l'entrée, il y avait le vestiaire appelé apodyterium. Attenante à la salle tiède le tépidarium, et à la salle froide le frigidarium, le caldarium sera restauré et transformé en hammam par les Turcs seldjoukides.

DSC01090

Les latrines - Particularité : pas de cloison entre chaque siège

DSC01102

Temples et autres monuments

Le monument de Memmius, Ie siècle avant J-C. 

DSC01074

La tombe de Memmius, petit-fils de Sulla, Ie siècle avant J-C.-

DSC01078

Le temple d'Hadrien - Il est construit en 138 av.J-C pour honorer l'empereur du même nom.

IMGP0095

En 1929, les archéologues découvrent une tombe face au temple d'Hadrien.qu'ils pensent être celle d'Arsinoé. Les recherches reprennent en 2007 et donnent des précisions sur cette tombe. Elle serait la réplique en miniature du phare d'Alexandrie. Après une enquête minutieuse des chercheurs dont un anthropologue médicolégale le résultat confirme qu'il s'agit bien du squelette d'Arsinoé IV, âgée d'environ 17 ans, sœur cadette de Cléopâtre, assassinée par Marc Antoine en 41 avant J-C. Début 2009, les spécialistes ont reconstitué le visage. Ils auraient également émis l'hypothèse qu'elle aurait eu des origines africaines ... Voir à ce propos l'excellent article de Futura-Sciences ci-après : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/homme/d/cleopatre-etait-africaine-et-on-a-retrouve-sa-sur_18601/   

La rue des Courètes - Que de monde ! C'est la rue principale d'Ephèse. Elle va du Prytanée à la bibliothèque de Celsius.

DSC01081

Bas relief de Niké - Elle est située dans la rue des Courètes. Dans la mythologie grecque, c'est la déesse de la Victoire. La statue grecque représentant la Victoire de Samothrace, aujourd'hui au musée du Louvre, est aussi une représentation de la déesse Niké.

IMGP0086

Hermès, IIIe siècle après J-C. - Bas relief au bord de la rue des Courètes.

DSC01076

La bibliothèque de Celsius - Elle est située à l'extrémité de la rue des Courètes. Achevée vers 120 ap.J-C, l'édifice avait été commandé par le consul Tibérius Julius Aquila en l'honneur de son père Celsius, gouverneur romain de la province d'Asie. Il souhait que le mausolée puisse se voir dès l'entrée, et que le premier étage soit consacré à la culture. La salle de lecture mesurait 16 m de long sur 11 de large et abritait, dit-on, plus de 12 000 rouleaux qu'il finança également. Suite au séisme de 262, un incendie ravagea le bâtiment. Les fouilles de 1904 permirent de retrouver le tombeau.

DSC01092

DSC01113

 Statue de façade représentant les vertus de Celsius

DSC01114

Avant de monter dans la salle de lecture, les éphèsiens passaient devant le tombeau de Celsius exposé dans un renfoncement arrondi, comme le montre la photo ci-dessous.

DSC01125

FIN de la 1ère partie

 


 

 


04 octobre 2011

Ephèse, un haut lieu de la Culture - 2ème partie

L'Agora commerciale au sud - Au temps de sa splendeur, Ephèse était une cité économiquement très prospère. Grâce à son accès sur la mer, des bateaux venant des quatre coins de la méditerranée accostaient pour décharger marchandises et provisions. 

Porte de Mazeus et Mithridate - Construite en l'an 3 avant J-C. en l'honneur de l'empereur Auguste, de son épouse Livia, de son gendre défunt Agrippa et de leur fille Julia. Ci-dessous une partie de cette inscription au fronton de la porte.

DSC01110

DSC01115

Le grand théâtre - De type grec, car adossé à la colline, c'est l'un des des plus grands théâtres du monde antique. On ne connait pas sa date exacte de construction, mais les spécialistes parlent d'une construction sur l'emplacement d'un théâtre plus petit, et avanceraient le IIe siècle après J-C. Sa capacité est de 24 000 personnes. En plus des spectacles musicaux et théâtraux, il était utilisé pour les Assemblée du peuple auxquelles tous les habitants de la cité pouvaient participer. Très endommagé par le séisme de 262, il ne survécût pas à ceux de 359 et 366. 

DSC01135

DSC01137

Rangée de boutiques sur l'Agora commerciale

DSC01131

DSC01133

Rue du port dite "Arcadanié" - Elle porte le nom de l'empereur Arcadien qui entreprit la restauration de la cité après les deux séismes du IVe siècle au cours desquels la ville avait été très fortement sinistrée.

DSC01139

Le théâtre Gymnasium -

DSC01143

EN CONSTRUCTION

Posté par amfortas à 06:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 août 2011

Mausole et Artémise

 

En parlant de Darius Ier de la dynastie des Achéménides, roi de l'empire perse, Hérodote écrit ceci : "Il partagea ses États en vingt gouvernements que les Perses appellent satrapies et dans chacune il établi un gouverneur". (livre III récit LXXXIX) (traduction du grec par Larcher son biographe). Le gouverneur est appelé "satrape" signifiant "protecteur du pays", mot issu du vieux perse. Le dictionnaire de la langue française donne la définition suivante : "Personne vivant en despote et menant une vie luxueuse"

Mausole_et_Art_mise

Mausole - C'est l'un des fils d'Hécatomnus roi de Carie. Il est nommé satrape de Carie vers 377 av.J-C. Lorsqu'il prend ses fonctions, les perses sont en conflits sur plusieurs fronts dont un en Égypte. Profitant de ces troubles et de leurs éloignements, Mausole cèle plusieurs accords avec ses voisins grecs. Il prend son indépendance avec l'idée de se proclamer plus tard roi de Carie. 

Vers 370, il transfère sa capitale de Mylasa à Halicarnasse. Mieux située, la ville est protégée par une muraille qu'il modernise et agrandit sur 7 km. La porte de Myndos constitue l'entrée nord-ouest de la ville. Elle est formée de deux tours monumentales et d'une tour interne  Plus tard, elle aurait été le théâtre de combats acharnés lors du siège de la ville par les troupes d'Alexandre le Grand. A la mort de celui-ci en 323 av.J-C., son empire est partagé entre ses généraux appelés également les diadoques. Asandros reçoit la Carie.

DSC01035

A côté de cette porte, les archéologues ont mis à jour 19 tombes voutées. Y aurait-il un rapport avec ces combats, ou sont-elles postérieures ?

DSC01039

DSC01038

Le théâtre aurait été édifié également sous son règne. Il est de style grec car adossé à la colline. Il a une largeur de 110 mètres, et comprend 53 rangées de gradins pouvant contenir 13 000 spectateurs. Il est visible de la route qui va de Bodrum à Gümbet.

DSC00938

Artémise II - Il épouse sa sœur Artémise. Très affectée par la mort de son mari en 353 av.J-C, elle aurait pris la décision d'ériger un tombeau monumental en son honneur. Par la suite, le mot "mausolée" passera dans le langage courant. Elle continue à gouverner la Carie et décède deux ans près lui en 351 av.J-C.

FIN très provisoire

Posté par amfortas à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

31 mars 2011

Ephèse, un haut lieu de la Chrétienté

S'il n'y a aucun doute possible sur la date de naissance de Jésus, celle de sa mort serait incertaine si l'on en croit les nombreuses études réalisées à ce jour. Je renvoie à l'excellent site "La Bible et l'archéologie" dans la rubrique "Sites et ouvrages de référence". Il est admis par les spécialistes que cette date serait comprise entre 33 et 36. Sur la croix Jésus confie sa mère à Saint Jean (Jean 19, 26-17).

La maison de Marie - A une date inconnue après la crucifixion, il emmène Marie hors de Palestine, pays trop peu sur pour les chrétiens à cette époque. Il l'installe à 8 km d'Ephèse dans une petite maison de pierre située sur les pentes du mont Coressos. Il semble qu'une communauté essénienne connue de Jean occupait déjà la cité. C'était pouvoir compter sur des alliés surs. Certains n'hésitent pas à affirmer que Jean lui-même était des leurs...

Les ruines de la maison de la Vierge Marie ont été découvertes au XIXe siècle par une équipe de chercheurs qui a suivi à la lettre les écrits d'une religieuse allemande Anne Catherine Emmerich ayant eu des visions. Les précisions fournies s'avèrent être étonnantes d'exactitude. Elle sera béatifiée par le pape Jean-Paul II le 3 octobre 2004. On suppose que la maison d'origine date du 1er siècle, et probablement restaurée plusieurs fois. Lors des fouilles, les archéologues auraient également trouvé une ou plusieurs inscriptions significatives.

Maison_de_la_Vierge_Marie

Maison de la Vierge Marie - Photo Wikipédia

Personne ne connait ni la date ni le lieu exact de la mort de la Vierge Marie, certains parlent d'Ephèse, d'autres de Jérusalem ... Doit-on parler aussi de la mort ou de la dormition de la Vierge ? Pour cette dernière question, chacun trouvera la réponse en fonction de sa Foi. Des milliers de pélerins chrétiens, musulmans et indoux se côtoient chaque année et notamment le 15 août dans ce lieu exceptionnel. Je suis très content de voir que l'endroit réunit et non ne divise.  

Jean_l_Ap_tre___El_GrecoJean - Il s'agit de Saint Jean l'Apôtre, appelé également Saint Jean l'Évangéliste pour le distinguer de Saint Jean le Baptiste. Je n'ai trouvé aucune information sur lui entre 39 à 48. Après 67, il prêche la nouvelle religion dans toute l'Anatolie. Quelques années plus tard, il est arrêté et envoyé à Rome pour y être interrogé et peut être torturé. Il doit s'exiler dans l'ile de Patmos où il écrit son Apocalypse. Revenu à Ephèse vers 95, il se retire sur la colline d'Ayasuluk où il trouve la mort centenaire, aux environs de l'an 100. Plus tard, une basilique, aujourd'hui en ruines, est édifiée par Justinien (527-565) à l'emplacement du tombeau. Cet un empereur bâtisseur qui a déjà à son actif Sainte Sophie de Constantinople. (Saint Jean l'Apôtre de El Greco - photo Wikipédia)

Paul_de_Tarse_de_RembrandtPaul - Il est né vers 10 à Tarce en Cilicie (Turquie). Son prénom de naissance est Saül. C'est un pharisien qui prend part aux persécutions des premiers chrétiens. Un jour sur la route de Damas, il est abordé par Jésus. La conversion suit rapidement (Actes des Apôtres 9, 3-19).

Entre 45 et 58, il effectue trois voyages d'évangélisation dans les pays riverains de la méditerranée. Il arrive à Ephèse pour son premier séjour pendant l'hiver 51-52. Il trouve une petite communauté qui l'accueil très favorablement. Il prêche d'abord dans les synagogues, mais lorsqu'il veut haranguer les foules dans le grand théâtre, il se heurte aux partisans d'Artémis qui sont en majorité dans la cité. (Actes des Apôtres 19). Il est arrêté plusieurs fois pour troubles de l'ordre public, et subit le supplice de la flagellation. Il quitte Ephèse au printemps 54. Il revient à Ephèse une deuxième fois avant 58 où il est probablement arrêté et reconduit à Rome sous bonne escorte. Après un simulacre de procès, il est exécuté en 67 ou 68.

Le premier écrit sur sa vie daterait du IVe siècle. Ce document relate le transfert des reliques de Paul à Constantinople dès 356. Il décrit son martyr et son inhumation sur le mont Pion surplombant Ephèse. Le document est-il exacte ? Les restes de Paul y sont-ils toujours ? Pas certain, le Vatican donne sa version selon laquelle le saint homme se trouverait sous le maître-autel de la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs au sud de Rome. Une plaque de marbre du IVe siècle porte l'inscription Paulo apostolo mart (Paul apôtre martyr). Attendons la fin des analyses et le verdict final des archéologues et autres experts ...

L'épitre aux Ephèsiens correspond aux chapitres 18 et 19 des Actes des Apôtres. (Saint-Paul de Rambrandt - photo Wikipédia) 

Luc___El_GrecoLuc - Ses date et lieux de naissance sont inconnus. Selon la tradition, c'est un païen d'origine syrienne. Sa langue maternelle est l'araméen, mais il parle et écrit le latin et le grec. Il est médecin formé à l'école d'Antioche en Syrie. Il se passionne pour la géographie et la marine. C'est la raison pour laquelle il voyage beaucoup. Il ne tarde pas à se convertir. Il suit Paul et devient son fidèle. Il restera avec lui jusqu'au bout. Il serait décédé à 84 ans en Béotie sans femme ni enfant. Un archéologue du XIXe siècle lui a attribué une tombe à Ephèse, mais par la suite d'autres chercheurs ont affirmé qu'il s'agissait d'une grosse erreur.   

Il est considéré comme l'auteur du troisième évangile de Jésus Christ et des Actes des Apôtres.(Saint-Luc de El Greco - photo Wikipédia)  

Le concile d'Ephèse - Il s'ouvre le 22 juin 431 par le patriarche Cyril d'Alexandrie et rassemble 200 évêques. C'est un concile œcuménique. L'ordre du jour porte sur l'unicité de Dieu (Trinité, divinité du Christ et du saint Esprit). La Vierge Marie y est officiellement appelée "Marie Mère de Dieu". Condamnation de Nestorius. Protestants, orthodoxes et catholiques se réclament tous de la doctrine de ce concile. Celles qui vont à l'encontre sont vivement condamnées.

Les articles ci-dessus ne sont que des résumés "aides mémoire". Je conseille vivement de consulter la rubrique "Sites et ouvrages de référence" dans laquelle vous trouverez toutes les informations nécessaires pour une étude plus approfondie.

TOUJOURS EN CONSTRUCTION

Posté par amfortas à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 juillet 2010

Le temple d'Artémis, 4ème des 7 Merveilles du Monde

Grand voyageur et érudit de son temps, Hérodote avait participé à l'élaboration de l'une des nombreuses listes des "Sept Merveilles du Monde" avant 425 av.J-C. Un classement avait été effectué, et le Temple d'Artémis (ou Artemision) se retrouvait en quatrième position. Le poète grec Antipater de Sidon, décédé vers 100 avant J-C, en parle magnifiquement dans son Anthologie Palatine. Enfin Strabon, géographe grec né en Cappadoce vers 58 av.J-C donne des indications très intéressantes dans son livre XIV. 

Situé en dehors du site antique d'Ephèse (Efes), il ne reste plus grand chose à voir, à l'exception d'une colonne reconstituée à partir de morceaux de futs issus des différents fouilles effectuées au XIXe et XXe siècle. A l'arrière, on distingue la citadelle à gauche au deuxième plan, la mosquée d'Isa Bey du XIVe siècle à gauche au premier plan et la basilique Saint-Jean à droite.

DSC01144

DSC01145

Histoire du temple

Les fouilles successives ont permis de mettre à jour à cet endroit les vestiges de plusieurs édifices à caractères religieux. Suivant les époques, le temple a été dédié à Artémis, grande divinité grecque, ou à Diane divinité romaine.

VIIIe et VIIe siècle av.J-C - L'existence d'un enclos sacré (téménos) à ciel ouvert entouré d'un mur d'enceinte (péribole) est attesté dès le VIIIe siècle avant J-C. Selon Anton Bammer, archéologue autrichien de la fin du XXe siècle qui a opéré des vérifications des résultats anglais, il aurait été démoli par une inondation catastrophique au VIIe siècle, mais non par les invasions des Cimmériens. Un nouveau sanctuaire est reconstruit sous forme d'un périptère qui est rehaussé suite à la montée des eaux. Personne n'est réellement du même avis, et d'autres spécialistes restent très nuancés sur les résultats des archéologues de ces deux pays. Peut être aurons nous un jour des précisions car il y a encore beaucoup de questions en suspend.

VIe siècle av.J-C - Crésus, roi de Lydie (561-547 av.J-C environ) s'empare d'Ephèse en 560. Son ambition est démesurée. Il prévoit des transformations de la cité et la réunion des villes haute et basse. D'après ses plans, un nouveau temple doit remplacer celui en place, encore plus beau et encore plus grand. Il veut surpasser les plus grands temples grecs. Il fait appel aux plus grands architectes de l'époque. Pour financer ce programme, il mobilise toutes les villes conquises qui lèvent des impôts supplémentaires. Pline l'Ancien relate la construction du temple (Histoire Naturelle, XXXVI, 21). Les fouilles effectuées par Anton Bammer ont permis de reconstituer les plans et les dimensions exactes de l'édifice. L'édifice est entouré extérieurement d'une double rangée de colonnes de 18 m de haut soit 106 au total. Ses dimensions sont de 103 x 50 m. Le marbre est présent partout. Les colonnes, chapiteaux et base sont finement sculptés. Des fragments de la frise sont au musée d'Ephèse.

IVe et IIIe siècle av.J-C - Le temple reste intact ou presque jusqu'au 21 juillet 356, date à laquelle il est incendié par un fou nommé Erostrate. Au même moment, à des centaines de km, à Pella en Macédoine, nait Alexandre le Grand. En 334, il libère la ville de la domination perse, et fait renaitre le temple de ses cendres. Les finances nécessaires à la reconstruction viennent des éphèsiens eux-mêmes. Strabon raconte cet épisode (Géographie, XIV, 1, 22). Le nouvel édifice est surélevé par rapport au précédent, et sa hauteur totale est estimé à 32 m, long de 125 m sur 62 m de large, ses colonnes sont au nombre de 117, pour une hauteur plus de 18 m. Le marbre est aussi partout. Les sculptures et décorations sont fastueuses. Peu à peu Artémis devient Diane avec l'arrivée des romains.

IIIe siècle ap.J-C - Le temple arrive à cette période en assez bon état. Un incendie et un tremblement de terre n'en viennent pas à bout. Il a certainement été réparé et restauré. Il ne résista pas aux invasions des barbares. Les Goths le brûlent en 263. Les marbres sont récupérés pour la basilique Saint-Jean, et l'église Sainte-Sophie de Constantinople.

Ve siècle ap.J-C - En 401, le temple déjà très mutilé sera incendié par les chrétiens.

La représentation du temple d'Artémis - Celle proposée ci-dessous est très proche de la reconstitution en images de synthèse faite dans l'excellente émission de France 3 "Des racines et des ailes" du 21 mai 2009. Un projet de reconstruction y est évoqué...

Temple_d_Art_mis___Reconstitution

Wikimedia commons

Le Musée - Quelques objets ont été rassemblés dans une salle du musée d'Ephèse, qui sera l'objet d'un prochain voyage. Malheureusement beaucoup de chefs d'œuvre ont quitté le sol turc pour rejoindre le British Museum pour la plupart.

DSC01799

Artémis - Musée du Vatican - Photo de l'auteur

Je conseille vivement de consulter la rubrique "Sites et ouvrages de référence" dans laquelle vous trouverez toutes les informations nécessaires pour une étude plus approfondie.

FIN provisoire

Posté par amfortas à 06:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


24 octobre 2009

Gümbet, la station balnéaire de Bodrum

C'est un véritable paradis pour vacanciers sportifs, fêtards ou seulement amateurs de calme et de plage. Il y en a pour tous les goûts. 

Ici sur la promenade du front de mer - à gauche la plage, à droite les hôtels

IMGP0117

DSC00920

IMGP0034

La plage de notre hôtel ...

IMGP0020

La mini croisière

Nous optons pour une mini croisière avec déjeuner à bord. La journée est splendide. Comme tous les jours depuis notre arrivée la température affiche plus de 30 °C (sous abri) et 28°C dans l'eau, avec certains jours 45°C dans le verre !

IMGP0154

IMGP0175

Gümbet s'éloigne

DSC01181

Le bleu turquoise de cette mer Égée inondée de soleil est un ravissement

DSC01189

Arrêt dans une crique, nous sommes bientôt rejoint par d'autres bateaux

DSC01220

Pendant cet arrêt, "un marchand de sensations fortes" vient en hors-bords avec son matériel proposer son activité. Trois jeunes répondent aussitôt présent pour quelques instants de cascades attachés aux matelas. A pleine vitesse les matelas se soulèvent à la verticale. C'est assez impressionnant. 

DSC01226

______________

Notre séjour touche à sa fin, et envisager le retour est particulièrement difficile. Tout, depuis le premier jour a été positif. "Le ciel, le soleil et la mer" ont été au rendez-vous avec une météo idyllique. Beauté des sites et émotions dégagées notamment par Ephèse ont été intenses. L'hôtel sélectionné par l'organisation était parfait (ci-dessous). FRAM a très bien fait les choses, et particulièrement EREN notre guide dont les qualités professionnelles ont été tout à fait exceptionnelles.

IMGP0036

FIN (pour l'instant seulement) !!!

Posté par amfortas à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 octobre 2009

Bodrum d'hier et d'aujourd'hui

Le nom Bodrum semblerait venir d'une déformation de Pierre (château Saint-Pierre) Petreum ou Petronium en latin déformé progressivement et d'une subtilité de l'alphabet turc.

L'Empire ottoman a existé pendant plus de 6 siècles de 1299 à 1922. Son âge d'or correspond au règne de Solimam le Magnifique. L'empire comprend la quasi totalité des Balkans et de l'Asie mineur. La moment clef de cette expansion est la conquête de Constantinople en 1453. Son déclin commence dès le XVIIIe siècle avec quelques revers importants. La fin sonne avec la première guerre mondiale suivi de son démantèlement. Pendant toutes ces périodes Halicarnasse est occupée plusieurs fois par les troupes turques, la dernière fois en 1522. (voir l'article "Du château Saint-Pierre à la Citadelle"  

Mustafa Kemal Atatürk est le fondateur de la Turquie Moderne. Il est élu président de la République le 29 octobre 1923. Comme tous les grands de ce monde, il veut que son pays relève le défi de la modernité. En moins d'un siècle, la Turquie a rempli tous les espoirs de son père-fondateur.

Je renvoie à l'excellente revue "Les Collections de l'Histoire" qui édite un numéro spécial intitulé : Les Turcs, de la splendeur ottomane au défi de l'Europe. (voir dans la rubrique "Site et ouvrages de référence" de ce blog les références et site de la revue). Ce numéro est indispensable pour tous les amoureux de la Turquie.

DSC01034

Derrière le port, un dédale de ruelles commerçantes conserve la fraicheur sous une couverture végétale ...

DSC01168

... ou sous de grandes ailes de tissu

IMGP0142

Le port - Bodrum est très réputée depuis le XVIIe siècle pour la construction navale. Le long des quais de splendides bateaux à un ou plusieurs mats sont là pour nous le rappeler. Hormis ceux appartenant à la jet-set turque, toute une flottille attend les vacanciers pour des croisières en mer Égée d'une journée à une semaine ou plus. A noter que tous les ans est organisé une régate où s'affrontent tous ces bateaux en bois.

DSC01154

IMGP0145

DSC00944

"Chez AHMET ... prix honnêtes" - L'enseigne dit la vérité. En plus, on y mange très bien, et le patron se fera un plaisir de vous raconter quelques histoires turques ! Il faut s'installer en terrasse devant les bateaux, c'est merveilleux !

IMGP0151

Dans Bodrum, sur le chemin du retour ...

La poste s'appelle aussi PTT comme en France, il y a plusieurs années.

IMGP0139___PTT__la_poste_comme_chez_nous_il_y_a_plusieurs_ann_es

Notre bus pour Gümbet nous attend !

IMGP0138

FIN TRÈS PROVISOIRE !

Posté par amfortas à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 octobre 2009

Du château Saint-Pierre à la Citadelle

Num_riser0001En 1402, à l'arrivée des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans l'ancienne Halicarnasse, une fortification occupait déjà l'emplacement du futur château Saint-Pierre, et ceci depuis l'antiquité. Cet ordre, issu de la branche de Rhodes, avait été malmené dans tout le bassin égéen par des guerres de religion. Des tremblements de terre et des conflits successifs avaient fait de gros dégâts dans la ville, mis à bas plusieurs pans de la muraille ainsi que le site du mausolée. Les pierres furent utilisés pour la construction du château Saint-Pierre, appelé aujourd'hui "la citadelle". La construction s'étala sur plus d'un siècle de 1402 à 1522. Dès l'entrée les blasons sculptés de Maîtres de l'Ordre rappellent aux visiteurs l'identité des premiers propriétaires des lieux.

Jacques de Milly, prieur d'Auvergne, 37ème Grand Maître, nommé à ce poste en 1454 et décédé en 1461. Sa dalle funéraire est au musée de Cluny.

DSC00957

Philippe de Villers de l'Isle-Adam, dernier Grand Maître des Chevaliers de Rhodes, nommé en 1464 et décédé en 1534. Il est inhumé dans la crypte de l'église Saint Jean de La Valette. Il lutta contre Selim I et son fils Soliman Le Magnifique qui honora son valeureux adversaire lors de sa mort.

DSC00960

Soliman Le Magnifique (ca 1495-1566) seul fils de Selim I dit "le cruel" est le dixième sultan de la dynastie ottomane. Il a 25 ans environ quand il succède à son père. La chrétienté en fait un homme sanguinaire et cruel; pour son peuple c'est un bon souverain combattant la corruption et favorisant les arts. Il semblerait que les historiens d'aujourd'hui soient plus nuancés que leurs homologues du XIXe siècle. Il serait temps !

DSC00966

La citadelle au XXe siècle - En 1925, l'écrivain et historien Cevat Sakir Kabaagacli (1887-1973) surnommé "le pêcheur d'Halicarnasse" vécut en exil à Bodrum pour des raisons politiques. Passionné par la ville et son histoire, il y restera définitivement, et œuvrera entre autres pour le tourisme. Dès suite de la première guerre mondiale, la citadelle fut très endommagée. Il ne ménagera pas ses efforts pour la restauration de ce magnifique témoignage du passé. Les travaux s'étaleront de 1960 à 1964. Il mérite ici un hommage.

DSC01031

Les tours du château - En plus de leur fonction de défense, elles ont été prévues dès la construction pour héberger chacune des 4 principales nationalités composantes de l'ordre : Français, Allemands, Italiens et Anglais.

La Tour des Français est la plus élevée

DSC01019

La Tour des Anglais renferme des souvenirs de l'ordre.

DSC01017

DSC01013  DSC01011

DSC01014

La Tour des Allemands

DSC01005

La Tour des Italiens

DSC01020

Autres aménagements

DSC01008

Commodités du fort et d'époque !

DSC01021

Le musée d'archéologie sous-marine - Depuis 1962, une partie des collections a élu domicile dans la chapelle du château. Édifiée au début du XVe siècle par les Hospitaliers, elle est convertie en mosquée par les Turcs en 1523. Elle est occupée par une épave byzantine très bien restaurée datant du VIIe siècle.

DSC00981   DSC00983

Maquette de navire Yassiada (Byzantin, VIIe siècle)

DSC00979

Nombreuses collections d'amphores à l'intérieur et à l'extérieur de la chapelle

DSC00982

DSC00973

DSC00971

Une salle est consacrée aux objets en verres retrouvés principalement dans des épaves romaines

DSC00988

La Tour Serpentine dans laquelle ont été réunies tous les types d'amphores trouvées à ce jour.

DSC01024

Vers la sortie ...

IMGP0070

FIN très provisoire !

13 octobre 2009

Le Mausolée d'Halicarnasse, 5ème des 7 Merveilles du Monde

Grand voyageur et érudit de son temps, Hérodote avait participé à l'élaboration de l'une des nombreuses listes des "Sept Merveilles du Monde" avant 425 av.J-C. Un classement avait été effectué, et le Mausolée d'Halicarnasse se retrouvait en cinquième position.

Mausole épouse sa sœur Artémise. Très affectée par la mort de son mari en 353 av.J-C, elle aurait pris la décision d'ériger un tombeau monumental en son honneur. (Strabon, Géographie, XIV,2)

Les dimensions sont imposantes : 32 x 38 m et d'une hauteur de 55 m construit sur une terrasse artificielle de 242 x 105 m. Un quadrige de marbre surmontait l'ensemble (Pline l'ancien, Histoire Naturelle, XXXVI, 30). Suite à un tremblement de terre en 1304, il s'écroula. Au XVe, les Hospitaliers s'en servirent de carrière pour la construction du château Saint-Pierre et pour la réparation du mur d'enceinte.

Mausoleum_of_Maussollos_ruins

Ruines du Mausolée - photo Wikimédia

De ce fabuleux monument, il ne reste aujourd'hui que quelques pierres. Malheureusement de nombreux éléments ont quittés le sol turc, et sont visibles aujourd'hui au British Muséum ...

FIN PROVISOIRE
 

Posté par amfortas à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 octobre 2009

Sites et ouvrages de référence

A - Encyclopédies et bibliothèques

  1. Wikipédia (sous licence GNU) 
  2. Bibliothèque Nationale de France : http://gallica.bnf.fr
  3. Bibliothèque Numérique Mondiale : http://www.wdl.org/fr/

B - Sites

  1. Musagora - http://www.musagora.education.fr/
  2. Antikforever.com - http://www.antikforever.com/
  3. Ephèse, la majestueuse Cité antique - http://ephesos.ifrance.com

C - Ouvrages

  1. Histoire d'Hérodote, traduction du Grec par Larcher - Charpentier éditeur Paris 1850
  2. Géographie de Strabon, traduction du Grec par Amédée Tardieu - Hachette Paris 1867
  3. Histoire de l'Empire ottoman, de Robert Mantran - Fayard, Parie 2003
  4. Mustapha Kemal, père fondateur d'une Turquie nouvelle, de Philippe Conrad - Clio 2009
  5. BODRUM, de Sinam Küçükkutlu - kanka 2006
  6. EPHESE, de Sellabatin Erdemgil - Net Turistik Yayinlar A.S. 2009
  7. SAINT-PAUL, artisan d'un monde chrétien, de Marie-Françoise Baslez - Fayard 2008

D - Publications

  1. Les Turcs de la splendeur ottomane au défi de l'Europe,  "Les Collections de l'Histoire", numéro 45 d'octobre - décembre 2009 - site de la revue : www.histoire.presse.fr

E - Audio visuel

  1. France 3 - L'excellente émission "Des racines et des ailes" du 21 mai 2009 qui a pour titre "Ephèse, la merveille ressuscité"

Posté par amfortas à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2009

Hérodote d'Halicarnasse

Copie_de_DSC01159Ancienne ville d'Asie Mineure sur la mer Égée, située dans la province de Carie, Halicarnasse aurait été fondé par les Doriens. Les Cariens, peuple d'Anatolie, sont signalés depuis le VIIe siècle av.J-C. Aujourd'hui appelée Bodrum, cette cité se trouve au sud-ouest de la Turquie.

Hérodote - Il naît vers 484 av.J-C de mère grecque et de père probablement carien. Les historiens pensent que cet évènement se passe  au moment où éclate la seconde guerre médique. Malgré cette situation délicate, la ville et les environs sont habités par les Grecs et sont autant de foyers de culture et de recherches hellénistiques importants. Il fait des études brillantes. On ne sait pas grand chose de ses jeunes années. Vers 469, il fuit Halicarnasse avec sa famille pour l'île de Samos. Cet exil forcé lui est imposé par la présence de Lygdamis, vassal des Perses qui fait régner la terreur dans toute la Carie. Il reviendra quelques années plus tard vers 454 pour participer à l'insurrection qui renverse le tyran. Malgré ses efforts, la ville ne verra pas la démocratie tant souhaitée. Il doit de nouveau fuir. C'est à Athènes qu'il s'établira. Il y fait la connaissance de nombreux philosophes et écrivains dont Épicure qui lui dédicacera un texte, et Sophocle qui écrira vers 450 un poème en son honneur. Il trouve la mort vers 425 avant J-C. au cours d'un voyage à Thourioi en "Grande Grèce" dans le golfe de Tarente (sud de l'Italie). Il avait environ 60 ans.

Journaliste, chroniqueur ou historien - Il répond à tous ces qualificatifs, tant son talent est immense. Au cours de ses nombreux voyages dans les pays riverains de la méditerranéen, il rédige ce qui deviendra une oeuvre unique et considérable. Elle se compose de 9 parties ou livres qu'il dédicace chacun à une muse différente. Il rédige un avant propos qui précise l'un des buts de cet immense travail : "En présentant au publique ces recherches, Hérodote d'Halicarnasse, se propose de préserver de l'oubli les actions des hommes, de célébrer les grandes et merveilleuses actions des Grecs et des barbares, et indépendamment de toutes ces choses, de développer les motifs qui les portèrent à se faire la guerre". (Selon traduction du grec de Larcher son biographe).

  • livre 1 (Clio) - Développements de l'empire Perse
  • livre 2 (Euterpe) - Développements de l'empire Perse
  • livre 3 (Thalie) - Développements de l'empire Perse
  • livre 4 (Melpomène) - Développements de l'empire Perse 
  • livre 5 (Terpsichore) - Première guerre médique
  • livre 6 (Erato) - Première guerre médique
  • livre 7 (Polymnie) - Deuxième guerre médique
  • livre 8 (Uranie) - Deuxième guerre médique
  • livre 9 (Calliope) - Deuxième guerre médique

Érudit et grand voyageur, Hérodote participe avec d'autres spécialistes de son temps à l'élaboration de l'une des nombreuses listes des Sept Merveilles du Monde. A noter qu'elles se trouvent toutes dans les bassins méditerranéens et égéens. La Turquie d'aujourd'hui est deux fois à l'honneur par ses chefs d'œuvre :

  1. la pyramide de Khéops à Gizeh ou Giza en Égypte (1)
  2. les jardins suspendus de Babylone en Mésopotamie (Irak actuelle)
  3. la statue de Zeus en majesté dans son temple d'Olympie en Elide (Grèce actuelle)
  4. le temple d'Artémis à Ephèse, appelé aussi l'Artémision en Ionie, Asie Mineur (Turquie actuelle)
  5. le tombeau de Mausole à Halicarnasse en Carie, Asie Mineur (Turquie actuelle)
  6. le colosse de Rhodes (Grèce actuelle)
  7. le phare d'Alexandrie en Égypte

(1) voir mon blog sur l'Égypte : "Au pays d'HATHOR" - http://deessehathor.canalblog.com/

Statue d'Hérodote selon le sculpteur Veli Daskiran et située à l'entrée de la Citadelle

DSC01032

FIN très provisoire

Posté par amfortas à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,